Filtre
Réinitialiser
Trier parPertinence
vegetarianvegetarian
Réinitialiser
  • Ingrédients
  • Régimes
  • Allergies
  • Nutrition
  • Techniques
  • Cuisines
  • Temps
Sans


Les mérites d'une union nord-américaine

6 façons de survivre à un été céto

  1. Les États-Unis et le Canada partagent bien plus qu'une frontière. Les deux pays partagent une culture commune de colonisation européenne: langue (dominance anglaise, mais bien sûr, français au Québec et dans certaines régions de l'est du Canada), valeurs démocratiques et bien plus encore. Les économies canadienne et américaine sont déjà fortement intégrées à la suite de l'ALENA et d'autres traités bilatéraux, qui ont permis de réduire, voire d'éliminer, les obstacles au commerce.

  2. Les objectifs de cette pièce vont toutefois beaucoup plus loin. Le meilleur moyen de favoriser une prospérité partagée en Amérique du Nord consiste à intégrer davantage nos pays et à harmoniser les industries et les pratiques de manière à ce que la libre circulation des capitaux, des personnes et des biens ne soit absolument pas inhibée. Il s’agit essentiellement d’une hypothèse concernant un traité unique et un traité économique sans frontières, du type de l’Union européenne, harmonisant des domaines tels que la finance, l’énergie, les télécommunications, les infrastructures, la protection de l’environnement, l’agriculture et la pêche, et l’éducation. Nos deux pays ont coopéré sur ces questions dans le passé, mais cela va au-delà de la coopération. Il s’agit d’une intégration de la politique et de la réglementation visant à garantir que les États-Unis et le Canada adhèrent aux mêmes normes strictes visant à rendre les personnes sûres, en bonne santé, prospères, libres et heureuses.

  3. Comment cela fonctionnerait-il? Pas facilement. Le premier obstacle, bien sûr, est la volonté du peuple. Existe-t-il un intérêt pour une telle union entre les deux pays dans laquelle une souveraineté est cédée à l’autre, ainsi qu’une autorité binationale indépendante? Avec l’égoïsme national si ardent aux États-Unis et l’histoire de nombreux Américains qui s’opposent à toute organisation internationale qui demande aux membres de céder l’autorité de certains droits (pensez au scepticisme de Trump de l’OTAN et de l’ONU), svelte. Cependant, il s’agit simplement d’une proposition de théorie, nous éviterons donc pour le moment les réalités politiques contemporaines.

  4. Le premier domaine d'intégration devrait être la frontière. Afin de créer un accord frontalier de type Schengen, les États-Unis et le Canada doivent s'entendre sur un système garantissant aux détenteurs de passeports et aux résidents permanents la possibilité d'entrer librement dans l'un ou l'autre pays, tant que l'on peut fournir des informations sur l'emploi, l'éducation , ou de résidence. Aucun visa requis. Par exemple, si je suis un fabricant américain et que je souhaite déménager au Canada pour y travailler, tout ce dont j'ai besoin est une preuve de ma citoyenneté américaine et je peux vivre au Canada. Avoir un emploi avant mon déménagement n'est pas une exigence, bien que ce soit une bonne idée. J'aurais une adresse dans mon nouveau pays et serais en mesure d'interviewer pour des emplois simplement en étant citoyen de l'autre pays membre du syndicat. Les ressortissants de pays tiers auraient toutefois un système différent. Comme en Europe, ils n'ont le droit de travailler que dans le pays où ils ont postulé pour la première fois. Si une citoyenne indienne demande un visa de travail aux États-Unis et se voit accorder ce statut, elle ne peut travailler qu'aux États-Unis. Les droits transfrontaliers s’appliquent uniquement aux détenteurs de passeport et aux résidents permanents.

  5. Une «frontière sans frontière» fluide requiert également une intégration de la sécurité et du renseignement. Le Traité d'Union exigerait des deux pays qu'ils gèrent une base de données de renseignements partagés afin que les informations relatives aux vérifications des antécédents, aux opérations relatives à la sécurité nationale et à la lutte contre le terrorisme, ainsi que les casiers judiciaires de base, soient accessibles aux deux services de sécurité. Leur problème est notre problème, et vice versa. La coopération dans le domaine de la sécurité est primordiale pour que cela fonctionne. Les États-Unis et le Canada doivent associer leurs services de sécurité pour protéger l'Union et tous les peuples qui y travaillent.

  6. Parlons maintenant de l'économie. C'est le domaine le plus compliqué. Dans quelle mesure intégrons-nous les économies américaine et canadienne? Sommes-nous simplement créés un marché unique, une zone de libre-échange dans laquelle les biens, les capitaux et les personnes peuvent circuler librement sans obstacles? Ou parlons-nous de la création d’une monnaie commune et de politiques monétaires / fiscales de manière à ce que les deux économies en fassent une? Explorons les deux.



Donate - BNB: bnb16ghhqcjctncdczjpawnl36jduaddx5l4eysm5c